CABC / OACC Centre d'agriculture biologique du Canada

Page d'accueil du CABC
Un distributeur biologique stimule ses ventes

Par John Greig, membre du personnel d’Ontario Farmer, 28 mars 2006

FieldGate Organics continue d’accroître ses ventes de 15 pour cent par mois à l’aide d’une méthode originale de vente directe aux consommateurs par l’entremise des marchés en plein air.

Dix-huit producteurs biologiques composent FieldGate, qui a été fondé par douze agriculteurs qui cherchaient un moyen de commercialiser leur bœuf biologique.

Après avoir cherché un moment et examiné les possibilités de commercialisation en gros, ils se sont liés avec Ted Soudant, négociant en alimentation. En raison du problème de la chute des prix causée par l’ESB, le groupe a accéléré le passage prévu à la vente directe aux consommateurs.

Il vend maintenant ses produits surtout par l’entremise des marchés en plein air à Windsor, London et Barrie.

Ce qui a commencé comme une entreprise de commercialisation du bœuf couvre maintenant une vaste gamme de produits biologiques comme les autres viandes, les fruits et les légumes et les produits d’une nouvelle boulangerie installée sur le site de London Covent Garden Market.

Dan Murphy, le gestionnaire en marketing, a dit lors d’une récente conférence sur la valeur ajoutée qui a eu lieu à Seaforth qu’ils ont appris beaucoup en quelques années, entre autres sur la commercialisation de la viande. Les carcasses sont maintenant suspendues à London et les coupes sont faites sur demande, une rareté dans le monde de la viande en boîte d’aujourd’hui.

Une autre leçon apprise est qu’un tiers des clients du site de London sont des étudiants universitaires. Le groupe a appris cette leçon après une chute des ventes au cours de l’été, alors que les étudiants étaient rentrés chez eux. La présentation du produit est d’une importance capitale, dit Murphy, et FieldGate s’assure d’avoir de la viande fraîche sur ses étalages.

Les défis à relever pour l’avenir du groupe comprennent la gestion du transport en dépit de la hausse du prix du carburant, la poursuite de l’expansion de ce qui est une entreprise hautement capitalistique, la recherche de bouchers qui connaissent le découpage de la viande malgré le manque de lieux d’enseignement de cette technique, et la nécessité de trouver un nombre suffisant d’abattoirs proches des régions de production qui peuvent transformer la viande biologique.


© Copyright 2006, Ontario Farmer. Article publié avec autorisation.


English

Haut de la page

© 2012, Centre d'agriculture biologique du Canada (CABC)

 

Dalhousie University Centre d'agriculture biologique du Canada