CABC / OACC Centre d'agriculture biologique du Canada

Page d'accueil du CABC
Prendre un ver ou deux – une tendance bio qui progresse à petits tas

par Lynn Dewing

Lynda Schmidt n’est pas du genre qui répugne à se salir les mains.

Résidente de Kelowna, Mme Schmidt passe de longues heures à pelleter ou à jouer d’une manière ou d’une autre dans la terre pour prendre soin des 85 casiers de lombrics (Eudrilus eugeniae) entreposés dans sa grange.

Tout en vaquant à ses occupations quotidiennes, elle réfléchit également à de nouveaux produits et songe à de nouvelles façons de transmettre sa passion pour les vers de terre à des enfants ou à des adultes qui n’entretiennent pas les mêmes élans d’affection pour ces créatures grouillantes.

« C’est le plaisir que j’éprouve ici qui m’a amenée à l’éducation », dit-elle.
J’aimerais dire à tout le monde : « Il faut voir ça! »

Cela fait quatre ans que Lynda est propriétaire de l’élevage de vers de terre World of Worms dans cette ville du centre de l’Okanagan. En dépit des longues heures de travail, son enthousiasme pour ces créatures qui se tortillent garantit que son style d’entrepreneuriat fera des émules.

Au début de l’année, elle a organisé son propre Gardener's Festival qui incluait des ateliers sur le compostage, entre autres divertissements.

Sa « ferme » accueille des visites guidées pendant l’été, et elle renseigne les écoliers qui lui rendent visite sur l’anatomie, le cycle de vie, la reproduction et…. la valeur économique des vers de terre.

Elle a également contribué à mettre sur pied une maison hantée pour l’Halloween, bien garnie de vers, évidemment.

Mme Schmidt voudrait que les gens comprennent que lorsque les vers ont mangé des déchets et des bactéries, ce qu’ils excrètent – les turricules ou tortillons de vers – a un pH neutre et regorge de micro-organismes bénéfiques et d’enzymes.

La nourriture des vers de Mme Schmidt est un mélange de tourbe humique noire tamisée et de cendres volcaniques auquel elle ajoute un autre mélange de quatre grains. Elle brasse le tout jusqu’à l’obtention d’une consistance pâteuse.
« Ils sont vraiment gâtés! explique-t-elle. C’est du gruau que je leur donne! ».

Grâce à un système de chauffage par le sol, elle maintient la température de sa grange entre 25 et 30 oC pour que ses lombrics tropicaux soient au meilleur de leur forme.

Ses 85 casiers de vers produisent trois tonnes de turricules par semaine. La transformation de la nourriture en engrais prend deux semaines.

La plupart des clients de Mme Schmidt sont des agriculteurs biologiques
Selon elle, les excréments des vers de terre son une excellente source organique d’azote, de phosphore, de potassium, de calcium et de magnésium.

L’enzyme qu’ils produisent – la chitinase – a la capacité de renforcer les végétaux et donc de les rendre plus résistants aux insectes et aux maladies. Comme ces turricules sont en mesure d’absorber 10 fois leurs poids en eau, ils peuvent également améliorer les taux d’humidité du sol.

« Les gens en ont marre d’avoir du poison dans leur gazon », selon Mme Schmidt.
« Ils veulent employer des engrais biologiques. Dix litres par 100 pi2 de pelouse et il n’est plus nécessaire de tondre autant tout en ayant un gazon d’un beau vert vif. »

Lynda Schmidt prévient les consommateurs – tous les vermicomposts (ou lombricomposts) n’ont pas les mêmes qualités; cela dépend de l’alimentation des vers de terre.

On nourrit certains vers de boues d’épuration, mais ils ne peuvent transformer les métaux lourds et les antibiotiques que l’on y retrouve.

« Ce sont tous les produits qu’on trouve là-dedans qui m’inquiètent, commente Lynda. Autant garder ça éloigné de ce que l’on va manger. »

Même si son procédé va bien au-delà de la simple utilisation de vers de terre pour faire du recyclage, Schmidt cite des pays comme l’Australie et la Thaïlande où les vers zébrés du fumier (eisenia foetida) sont reconnus pour leurs grandes qualités.

« Le Canada a encore beaucoup à apprendre », précise-t-elle.

Lynda Schmidt aimerait qu’on établisse des normes cohérentes en agriculture biologique dans notre pays et qu’on trouve des installations de vermicompostage dans toutes les villes.

Le CABC remercie l’auteure pour l’autorisation de publier cet article sur son site Web.

Affiché en septembre 2007

English

Haut de la page

© 2012, Centre d'agriculture biologique du Canada (CABC)

 

Dalhousie University Centre d'agriculture biologique du Canada