CABC / OACC Centre d'agriculture biologique du Canada

Page d'accueil du CABC

Un malteur profite de la mode des bières biologiques

Par Sean Pratt
Salle de nouvelles de Saskatoon, Western Producer
WP Vol. 83, No 51, 22 décembre 2005.

Un malteur de la Saskatchewan tente de profiter de la croissance du marché de la bière biologique.

Prairie Malt Ltd. a reçu deux désignations internationales qui permettront à l’entreprise de commencer à acheter du blé et de l’orge biologiques et à les transformer pour les marchés du monde entier.

Chantelle Donahue, l’acheteuse d’orge de la société, dit que la nouvelle entreprise ouvrira un débouché petit mais important pour le secteur biologique.

« Dans cette industrie, la recherche des marchés est parfois difficile. Voici un marché sur le pas de leur porte », dit-elle.

Un agriculteur biologique local qui a visité récemment l’usine de Biggar, en Saskatchewan, a été ravi par la nouvelle.

« Il était absolument ravi d’entendre que nous étions certifiés biologiques et qu’il allait pouvoir continuer à nous livrer son grain », dit Donahue.

Le volume de céréales biologiques dont la société aura besoin reste à déterminer mais il ne s’agit pas de combler les besoins d’un brasseur géant comme Molson ou Labatt. La bière biologique est plutôt un marché à créneaux desservi par de petites brasseries artisanales.

« Elles sont juste un peu plus grosses que des entreprises à domicile », dit Donahue.

Prairie Malt négocie avec deux entreprises de Saskatoon, Growers International Organic Sales et Sunrise Foods International, qui approvisionneront le transformateur en blé et en orge de culture biologique locale.

Glen Neufeld, président de Sunrise Foods, dit que le malteur se joint à un marché déjà en expansion pour le malt biologique. Il connaît quatre autres entreprises nord-américaines qui le produisent.

Bien que la demande de l’usine de Prairie Malt soit petite, elle contribuera à ce qui est devenu un marché stable pour l’orge fourragère biologique.

« Si vous cultivez de l’orge et que vous n’avez pas de chance avec la qualité, vous pouvez maintenant vous rattraper avec le malt, ce qui est bien », dit Neufeld.

Donahue a dit qu’il a fallu environ trois mois pour obtenir la certification du programme de l’Organic Crop Improvement Association International et du National Organic Program américain. Le processus a été accéléré par l’obtention récente par l’usine de sa désignation pour l’analyse des risques et la maîtrise de contrôles critiques.

L’entreprise a maintenant en place des systèmes pour purger l’équipement de traitement et pour entreposer le produit biologique et le malt conventionnel séparément dans des cases nettoyées.

Prairie Malt a dit que la certification finira par ouvrir la voie aux marchés internationaux en Amérique du Sud et en Asie mais que pour commencer, l’entreprise satisfera aux besoins des brasseries artisanales des États-Unis.

Donahue a comparé le malt biologique à deux autres produits à créneaux de l’entreprise : la malt de blé blanc et le malt de blé rouge. Il ne changera peut-être pas le monde, mais c’est un autre moyen de diversifier les produits et de satisfaire les besoins du client.

Prairie Malt projette de traiter son premier lot de 180 tonnes d’orge biologique dans l’usine au cours du premier trimestre de 2006. Le malt sera commercialisé en collaboration avec Cargill Specialty Malt Group.

Cargill détient 58 % du malteur Biggar. Saskatchewan Wheat Pool détient le reste.


Le CABC remercie Westen Producer de lui avoir permis d’afficher cet article.


English

Haut de la page

© 2012, Centre d'agriculture biologique du Canada (CABC)

 

Dalhousie University Centre d'agriculture biologique du Canada